jeudi 27 décembre 2012

Création en janvier de Mirror Teeth (Dents Miroir), comédie contemporaine


© Shula Hampson
 
MIRROR TEETH
(sitcom)
de Nick Gill


Traduction Elisabeth Angel-Perez

Mise en scène Guillaume Doucet
 

Avec :
Philippe Bodet
Gaëlle Héraut
Bérangère Notta
Vincent Farasse
François-Xavier Phan

Assistanat à la mise en scène/régie générale François-Régis Duval
Lumières Gweltaz Chauviré
Création sonore Maxime Poubanne
Administration de production Maude Gallon
Costumes Laure Fonvieille
Construction décor Pierre Guisnel
stagiaire mise en scène Vinora Epp
Photographie Caroline Ablain

Production Le groupe vertigo, Théâtre La Paillette/Rennes, Quai des Rêves/Lamballe, Le Canal - Théâtre du Pays de Redon, Théâtre du Pays de Morlaix, Théâtre du Champ au Roy/Guingamp, Théâtre National de Bretagne, avec le soutien de l'Onyx/St Herblain et de la Maison du Théâtre/Brest.
Avec l'aide de la Ville de Rennes, du Conseil Général 35, du Conseil Régional de Bretagne, du Ministère de la Culture - DRAC Bretagne, de l'Adami et du Centre National du Théâtre.

A partir de 15ans.



Résumé :

Mirror Teeth (Dents Miroir) est une comédie.

Elle met en scène une famille middle-class occidentale bien sous tous rapports, dans un espace de vie en huis clos digne d'un sitcom.
Jane Jones est femme au foyer. James Jones vend des armes. Ils vivent dans "une des plus grandes villes de notre pays" et sont tous les deux effrayés par les jeunes issus de l'immigration qui portent des cagoules, et pourraient bien avoir sur eux un couteau ou quoi que ce soit d'autre.
Tout va pour le mieux dans la maison des Jones, et chaque chose est à sa place, jusqu'à ce que leur fille de 18 ans "sexuellement active" ramène à la maison son nouveau petit ami : Kwesi Abalo.
Qu'à cela ne tienne, Kwesi est étudiant en économie, et comme le père a le projet de partir avec toute la famille au Moyen-Orient pour développer son activité, il a un poste à lui proposer.

A partir d'un premier élément perturbateur apparemment classique, Nick Gill dynamite le conservatisme occidental politiquement correct, et notamment sa xénophobie et sa mysoginie bien vivaces. Avec une verve cinglante et joyeuse, il creuse les rapports humains et sociaux, en révélant derrière chaque situation quelques vérités de l'âme humaine savamment masquées sous des couches de bienséance de langage et de comportement, qui nous sont familières.

Et au fur et à mesure, la narration explose, alors que le langage s'évertue à tenir droit.



Les 18, 19, 22 et 23 janvier à Rennes
Les 8 et 9 février à Brest
Le 12 février à Nantes
Les 14 et 15 février à Lamballe
Le 21 février à Guingamp
Le 4 avril à Redon
Le 7 mai à Morlaix


Détail des dates, lieux et horaires ici